Un environnement sain pour la santé de votre famille : les 10 conseils simples pour prendre soin de mon bébé avant son arrivée

Bien préparer l’arrivée de bébé, c’est aussi prendre soin de sa santé dès le début de votre grossesse. En adoptant des habitudes en faveur de votre bien-être et santé, vous participerez ainsi à préserver le capital santé de votre bébé au cours des phases de son développement. Afin de vous accompagner durablement dans cette transition, voici une liste non exhaustive de dix conseils à adopter dans votre quotidien.

 

AU COURS DE MA GROSSESSE

Conseil n°1

Je limite l’utilisation des produits cosmétiques. J’évite le vernis, la coloration, les produits sans rinçage et les sprays pendant toute la durée de la grossesse. Je privilégie les produits éco-labélisés.

La peau représente le plus grand organe du corps humain. Lorsqu’elle est enceinte, la femme aura une peau plus étirée, notamment au niveau du ventre. En cosmétologie, Il existe de nombreux ingrédients d’origine chimique ou naturelle. Parmi ces composés, plusieurs substances préoccupantes sont suspectées de traverser la barrière placentaire, comme par exemple le dioxyde de titane maintenant interdit dans l’alimentation, que l’on peut retrouver dans la composition de certains cosmétiques. [1]

Visuel, avec les interdits ou non recommandés (coloration, spray, vernis à ongle, dioxyde de titane) et les recommandés (éco-label)
Visuel, avec les interdits ou non recommandés (bougie, encens, produits ménagers chimiques) et les recommandés (bicarbonate de soude, savon noir, éco-label, vinaigre blanc, aérer)

Conseil n°2

Je préserve la qualité de mon air en évitant l’utilisation des bougies, diffuseurs de parfum d’ambiance, encens. Je choisis des produits simples pour nettoyer ma maison (savon noir, vinaigre blanc, bicarbonate de soude…ou produit éco-labélisé). J’aère mon logement au minimum 10 à 15 minutes deux fois par jour.

Nous passons beaucoup plus de temps en intérieur qu’en extérieur. L’air intérieur peut être 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur. Le secret d’un air de qualité et préservé : l’aération et la ventilation ! Vérifier le bon fonctionnement de votre système de ventilation est l’un des piliers qui garantit le bon renouvellement de l’air chez vous.

L’utilisation d’encens ou de bougies provoquent une combustion incomplète qui émanent des composés organiques volatils (COV). Soyez vigilantes concernant l’utilisation des produits ménagers chimiques. En effet, ils dégagent des micro-goutelettes qui lorsqu’elles sont inhalées, pénètrent en profondeur dans les voies respiratoires.

Conseil n°2

Je préserve la qualité de mon air en évitant l’utilisation des bougies, diffuseurs de parfum d’ambiance, encens. Je choisis des produits simples pour nettoyer ma maison (savon noir, vinaigre blanc, bicarbonate de soude…ou produit éco-labélisé). J’aère mon logement au minimum 10 à 15 minutes deux fois par jour.

Nous passons beaucoup plus de temps en intérieur qu’en extérieur. L’air intérieur peut être 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur. Le secret d’un air de qualité et préservé : l’aération et la ventilation ! Vérifier le bon fonctionnement de votre système de ventilation est l’un des piliers qui garantit le bon renouvellement de l’air chez vous.

L’utilisation d’encens ou de bougies provoquent une combustion incomplète qui émanent des composés organiques volatils (COV). Soyez vigilantes concernant l’utilisation des produits ménagers chimiques. En effet, ils dégagent des micro-goutelettes qui lorsqu’elles sont inhalées, pénètrent en profondeur dans les voies respiratoires.

Visuel, avec les interdits ou non recommandés (bougie, encens, produits ménagers chimiques) et les recommandés (bicarbonate de soude, savon noir, éco-label, vinaigre blanc, aérer)

Conseil n°3

J’ai une alimentation variée et équilibrée, à base de fruits et légumes si possible bio, locaux et de saison. J’utilise des ustensiles de cuisine et de vaisselle inerte : verre, inox ou porcelaine.

Manger des aliments locaux et issus de l’agriculture biologique c’est avoir la garantie de déguster des aliments riches en goût, texture et saveur, riche en nutriments (vitamines, oligo-éléments, fibres…) avec un nombre limité d’additifs, sans pesticides issus des engrais chimiques (qui eux sont utilisés en agriculture conventionnelle).

Visuel, avec les interdits ou non recommandés (pesticides, additifs, engrais chimiques) et les recommandés (fruits, légumes, bio, local, saison, verre, inox, porcelaine)

JE PREPARE L’ARRIVEE DU BEBE

Conseil n°4

Je réalise les travaux de la chambre au moins deux mois avant sa naissance. J’utilise des peintures A+, à base de pigments naturels, d’huile de lin, d’argile…

Je privilégie un sol émanant le moins de poussières et substances toxiques (pas de moquette, sol PVC, sol stratifié ou parquet collés ; privilégier un parquet en bois massif, linoléum).

Je me protège en ne réalisant pas les travaux ! Lors de la réalisation des travaux, je laisse la fenêtre ouverte en permanence. En orientant mon choix vers une peinture classée A+, je m’assure d’avoir un produit émettant moins de COV.

Visuel, avec les interdits ou non recommandés (moquette, sol en pvc, faire les travaux de la chambre de bébé en étant enceinte) et les recommandés (faire les travaux 2 mois à l'avance, utiliser de la peinture A+, aérer pendant et après les travaux)
Visuel, avec les interdits ou non recommandés (acheter neuf) et les recommandés (monter les meubles pour la chambre de bébé 1 mois à l'avance, privilégier le seconde main, label PEFC)

Conseil n°5

Je monte les meubles dans la chambre au moins un mois avant. En privilégiant, l’utilisation de meuble d’occasion, je valorise la seconde main, tout en préservant ma santé et celle de bébé (beaucoup moins d’émanation de COV). Si je choisis des meubles en bois, je les préfère non traités, labélisés PEFC avec une transparence dans la composition de la colle utilisée.

En 2015, l’ANSES[2] a recensé 31 substances identifiées comme CMR[3] ou cancérogènes (probables ou possibles) dans les produits d’ameublement. Parmi les plus connues, il y a le formaldéhyde.  Lors de l’installation des meubles, vous pouvez laisser un courant d’air en permanence afin de limiter la respiration des COV. Aussi, un nettoyage des meubles avec de l’eau et une lavette microfibre permet d’éliminer la couche superficielle qui pourrait contenir des substances polluantes.

Durant les deux premières semaines après l’installation, n’hésitez pas à intensifier l’aération de la pièce afin d’éliminer les substances volatiles.

Conseil n°5

Je monte les meubles dans la chambre au moins un mois avant. En privilégiant, l’utilisation de meuble d’occasion, je valorise la seconde main, tout en préservant ma santé et celle de bébé (beaucoup moins d’émanation de COV). Si je choisis des meubles en bois, je les préfère non traités, labélisés PEFC avec une transparence dans la composition de la colle utilisée.

En 2015, l’ANSES[2] a recensé 31 substances identifiées comme CMR[3] ou cancérogènes (probables ou possibles) dans les produits d’ameublement. Parmi les plus connues, il y a le formaldéhyde.  Lors de l’installation des meubles, vous pouvez laisser un courant d’air en permanence afin de limiter la respiration des COV. Aussi, un nettoyage des meubles avec de l’eau et une lavette microfibre permet d’éliminer la couche superficielle qui pourrait contenir des substances polluantes.

Durant les deux premières semaines après l’installation, n’hésitez pas à intensifier l’aération de la pièce afin d’éliminer les substances volatiles.

Visuel, avec les interdits ou non recommandés (acheter neuf) et les recommandés (monter les meubles pour la chambre de bébé 1 mois à l'avance, privilégier le seconde main, label PEFC)

Conseil n°6

Orienter votre choix vers un tapis de motricité en coton bio, avec une house déhoussable et lavable en machine.

Afin de découvrir le monde qui l’entoure et développer à son rythme ses compétences, votre bébé aura besoin d’un espace où il aura la liberté de se mouvoir, jouer, se déplacer. Ainsi, il passera beaucoup de temps au sol durant ses premières années de vie. En lui proposant un tapis à la composition simple (et qui aura été aéré et nettoyé plusieurs semaines avant son utilisation), vous pourrez ainsi lui proposer des conditions favorables alliant expérimentation et préservation de son système respiratoire.

Visuel, avec les interdits ou non recommandés (acheter neuf) et les recommandés (laver plusieurs fois, coton bio, housse déhoussable)
Visuel, avec les interdits ou non recommandés (surveillance vidéo, ondes électromagnétiques) et les recommandés (babyphone éloigné du lit de bébé, réagissant à la voix)

Conseil n°7

Le Babyphone pas automatique ? Bien qu’il ne soit pas indispensable dans vos essentiels pour bébé, privilégiez l’acquisition d’un babyphone le plus simple possible (sans la surveillance vidéo) qui se déclenche à la voix. Veillez à placer le babyphone à distance du lit de l’enfant dans la chambre.

Lors de son utilisation, le babyphone va émettre des ondes électromagnétiques qui peuvent avoir des effets sur la santé de votre bébé. Ces types de rayonnements, appartenant à la même catégorie que celles émises par les téléphones portables par exemple, ont été identifiés par le Centre International de Recherche pour le Cancer comme cancérogène possible chez l’homme depuis 2011[4]. En le positionnant le plus à distance de sa tête dans la chambre, vous limiter ainsi les risques, par principe de précaution pour la santé de votre bébé.

Conseil n°7

Le Babyphone pas automatique ? Bien qu’il ne soit pas indispensable dans vos essentiels pour bébé, privilégiez l’acquisition d’un babyphone le plus simple possible (sans la surveillance vidéo) qui se déclenche à la voix. Veillez à placer le babyphone à distance du lit de l’enfant dans la chambre.

Lors de son utilisation, le babyphone va émettre des ondes électromagnétiques qui peuvent avoir des effets sur la santé de votre bébé. Ces types de rayonnements, appartenant à la même catégorie que celles émises par les téléphones portables par exemple, ont été identifiés par le Centre International de Recherche pour le Cancer comme cancérogène possible chez l’homme depuis 2011[4]. En le positionnant le plus à distance de sa tête dans la chambre, vous limiter ainsi les risques, par principe de précaution pour la santé de votre bébé.

Visuel, avec les interdits ou non recommandés (surveillance vidéo, ondes électromagnétiques) et les recommandés (babyphone éloigné du lit de bébé, réagissant à la voix)

JE PREPARE LES AFFAIRES DE BEBE

Conseil n°8

Je lave tous les vêtements, jeux et peluches avant leur première utilisation.

Qui n’a pas en tête le souvenir d’une odeur de « neuf » lors de l’acquisition d’un nouvel objet ? Que ce soit textile, jouet, peluche…ces produits pourront d’une part émaner des COV en suspension dans l’air qui pourront être respirés, d’autre part contenir des substances chimiques qui à leur contact pourront provoquer des réactions cutanées. Les résultats d’une étude concernant l’analyse de la composition de jouets en plastique a mis en lumière le risque non négligeable des substances chimiques présentes dans les jouets sur la santé du jeune enfant.[5]

Visuel, avec les interdits ou non recommandés (acheter neuf) et les recommandés (laver plusieurs fois)
Visuel, avec les interdits ou non recommandés (plastique) et les recommandés (inox, verre porcelaine)

Conseil n°9

Pas de plastique pour les repas, j’utilise de la vaisselle inerte : biberons en verre ou inox, assiette en inox ou porcelaine, couvert en inox (petite cuillère à café type « mocca » pour les premiers mois de bébé).

Depuis l’interdiction du BPA (Bisphénol A) dans les contenants alimentaires en 2015, de nombreux produits certifiés sans BPA, peuvent contenir d’autres substances de la même famille que les bisphénols (B, F, S…).

Même s’il présente certains avantages (léger, pratique et quasi incassable), le plastique est un matériau à éviter durablement dans votre quotidien et celui de bébé au cours des repas. Au contact d’aliment chaud, acide ou gras, une partie des molécules du plastique migreront dans l’aliment[6]. D’autre part, soyez vigilant concernant la vaisselle en fibre naturelle (bambou…) où la composition de la colle agglomérante n’est pas forcément précisée.

En intégrant l’ensemble de ces constats, il est alors intéressant d’appliquer le principe de précaution pour préserver le capital santé de votre bébé.

Conseil n°9

Pas de plastique pour les repas, j’utilise de la vaisselle inerte : biberons en verre ou inox, assiette en inox ou porcelaine, couvert en inox (petite cuillère à café type « mocca » pour les premiers mois de bébé).

Depuis l’interdiction du BPA (Bisphénol A) dans les contenants alimentaires en 2015, de nombreux produits certifiés sans BPA, peuvent contenir d’autres substances de la même famille que les bisphénols (B, F, S…).

Même s’il présente certains avantages (léger, pratique et quasi incassable), le plastique est un matériau à éviter durablement dans votre quotidien et celui de bébé au cours des repas. Au contact d’aliment chaud, acide ou gras, une partie des molécules du plastique migreront dans l’aliment[6]. D’autre part, soyez vigilant concernant la vaisselle en fibre naturelle (bambou…) où la composition de la colle agglomérante n’est pas forcément précisée.

En intégrant l’ensemble de ces constats, il est alors intéressant d’appliquer le principe de précaution pour préserver le capital santé de votre bébé.

Visuel, avec les interdits ou non recommandés (plastique) et les recommandés (inox, verre porcelaine)

Conseil n°10

Je privilégie le réutilisable au maximum : carré coton lavable, gant de toilette ou « débarbouilette » pour le visage, couche lavable. Un choix bon pour la santé et la planète !

En faisant le choix d’opter pour du linge réutilisable (au maximum en coton bio), vous participez à préserver la peau et la santé de votre bébé. En effet, vous limitez ainsi le risque qu’il soit en contact avec des substances potentiellement allergisantes et toxiques. Toutefois, concernant les couches, si vous n’avez pas la possibilité de tendre vers du réutilisable, préférez une couche dont la composition est la plus simple possible (sans encre, sans parfum…) avec la référence de certains labels intéressants (Ecolabel, Oeko-Tex…)

Visuel, avec les interdits ou non recommandés (usage unique) et les recommandés (réutilisable, coton bio, écolabel, oeko-tex)

[1] Guillard, A., Gaultier, E., Cartier, C. et al. Basal Ti level in the human placenta and meconium and evidence of a materno-foetal transfer of food-grade TiO2 nanoparticles in an ex vivo placental perfusion model. Part Fibre Toxicol 17, 51 (2020). https://doi.org/10.1186/s12989-020-00381-z

[2] Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Rapport « Expertise en appui à l’étiquetage des produits d’ameublement ». Juin 2015

[3] Cancérogène, Mutagène, Reprotoxique : ce sont des substances ou mélanges qui par inhalation, ingestion ou pénétration, peuvent être cancérogènes (provoquer un cancer), mutagène (production de défaut génétique) ou toxiques pour la reproduction (effets nocifs pour la génération à naître ou porte atteinte aux fonctions reproductives). ANSES

[4]  Centre International de Rercherche pour le Cancer (CIRC)-Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Communiqué de presse n°208-31 Mai 2011- https://www.iarc.who.int/wp-content/uploads/2018/07/pr208_F.pdf

[5] Chemicals of concern in plastic toys. Nicolo Aurisano , Lei Huang , Llorenç Mila` i Canals , Olivier Jolliet , Peter Fantke. Environnement International.2021

[6] Pas de plastique dans nos assiettes ! Des pertubateurs endocriniens à la cantine ! Association Cantine sans Plastique

 

A propos de l’autrice :

 Jessica Lebris a pour coeur métier celui d’infirmière puéricultrice. Après avoir exercé en milieu hospitalier puis scolaire, elle s’engage pendant plusieurs années dans le secteur de la petite enfance. Enthousiaste et passionnée, elle a toujours eu la vocation de prendre soin de l’humain pour préserver son bien-être et sa pleine santé dès le plus jeune âge. Après une phase d’expérimentation alliant Santé Environnementale et Petite Enfance, elle fonde l’entreprise Les Joyeux Pissenlis Semer dans l’environnement pour cultiver votre santé afin de s’inscrire plus largement en tant qu’animatrice et actrice dans la transition environnementale et durable de la santé.